GARCILASO DE LA VEGA . Histoire des guerres...

Lot 152
Aller au lot
3 000 - 5 000 EUR

GARCILASO DE LA VEGA . Histoire des guerres...

GARCILASO DE LA VEGA . Histoire des guerres civiles des Espagnols, dans les Indes, entre les Piçarres & les Almagres, qui les avoient conquises. À Amsterdam, chez Gerard Kuyper, 1706. 2 (sur 4) parties en un volume in-12, (18)-389-(1 blanche)-373 [chiffrées 393 à 768] pp., veau brun tacheté, dos à nerfs cloisonné et orné avec pièces de titre rouge et pièce de tomaison noire, fine frise dorée encadrant les plats, armoiries dorées sur les plats, mention « Laken » dorée sur le premier plat, sans le t. II en 2 parties illustrées de 2 planches , reliure usagée (reliure vers 1805). Nouvelle édition. 6 planches gravées sur cuivre hors texte dont un frontispice, une carte dépliante et 4 scènes (une dépliante) par Jan Van Lamsvelt. Une des sources majeures sur l’histoire du Pérou . Garcilaso de La Vega conçut un vaste ouvrage en espagnol sur l’histoire du Pérou, les Commentarios reales, qu’il publia en deux parties distinctes : une Primera parte publiée à Lisbonne en 1608-1609, consacrée au peuple inca, et une Historia general del Peru publiée à Cordoue en 1616, consacrée à la conquête du pays par les Espagnols. L’érudit académicien Jean Baudouin en donna les traductions françaises : la première partie sous le titre Le Commentaire royal ou l’Histoire des Yncas, originellement publiée à Paris en 1633, et la seconde partie sous le titre Histoire des guerres civiles des Espagnols dans les Indes, originellement publiée à Paris en 1650. « Le dernier des Incas » : Garcilaso de La Vega (1639-11616) était un métis, fils du conquistador espagnol Sebastián Garcilaso de La Vega et de la princesse inca de sang impérial Chimpu Ocllo, d’abord baptisé Gómez Suárez de Figueroa. Son père avait accompagné Pedro de Alvarado au Pérou dans sa quête de fortune, puis s’était attaché au service de Pizarre. Il était ensuite resté fidèle au pouvoir espagnol légitime, servant Vaca de Castro et devenant gouverneur de Cuzco. Contrairement aux autres Espagnols, il se montra d’une grande mansuétude envers les Indiens et voulut améliorer leur sort, notamment en leur faisant construire un hôpital. Notre auteur, Garcilasso de La Vega est donc le premier auteur inca de l’histoire, à la croisée des cultures européenne et précolombienne. En 1560, il fut dénoncé comme « le dernier des Incas », représentant un danger pour l’autorité coloniale, et fut convoqué en Espagne où il fut interné par Philippe II. les Guerr es civiles relatent la conquête du Pérou à partir de 1532 puis l’histoire sanglante de cette colonie devenue vice-royauté, notamment les combats entre le clan des frères Pizarre et le clan de Diego de Almagro. Garcilaso de La Vega, par ailleurs parent du poète Góngora et lui-même traducteur des Dialogues d’amour de Léon l’Hébreu, entreprit sa vaste étude du peuple inca sur la suggestion et avec l’aide de sa mère, enquêtant auprès des Indiens et des colons dans tout le territoire de l’empire. Il dénonça avec force et vigueur les cruautés que les nouveaux colons infligeaient aux Indiens. Exemplaire au x armes de Napoléon Ier (OHR, pl. n° 2652, fer n° 6). De sa biblioth èque du château de Laeken à Bru xelles (« Laken » doré sur le premier plat, fer non répertorié dans OHR). Ce château de Schonenberg à Laken avait été l’ancienne résidence du gouverneur des Pays-Bas autrichiens, Albert de Saxe- Teschen. Napoléon Bonaparte l’acheta en 1804 et y fit aménager dès cette date une bibliothèque. Il y vint en septembre 1804 puis en avril 1810, mais le céda finalement à Joséphine après leur divorce, en échange du palais de l’Élysée. Un des livres qu ’il emporta à Sainte - Hél ène (estampille ex-libris armoriée sur le titre
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue