DELILLE ( Jacques). Les Trois règnes de la...

Lot 151
Aller au lot
4 000 - 5 000 EUR
Result with fees
Result : 6 250 EUR

DELILLE ( Jacques). Les Trois règnes de la...

DELILLE ( Jacques). Les Trois règnes de la nature. À Paris, chez H. Nicolle, chez Giguet et Michaud , et al., 1808. 2 volumes in-8, 309-(3 dont les première et dernière blanches) + 282 pp., veau écaille, dos lisse cloisonné et orné avec pièces de titre rouges, fine frise dorée encadrant les plats, angles des coupes ornés, tranches rouges, reliures frottées avec mors et coins restaurés (reliure anglaise de l’époque), les volumes placés ensemble dans un emboîtage moderne de maroquin vert (made by Sangorski & Sutcliffe London England). Édition originale . 2 frontispices gravés sur cuivre d’après Silvestre David Mirys par Remi Delvaux et Pierre-Charles Baquoy. Il semblerait que Jean-Michel Moreau le jeune ait dessiné plusieurs compositions pour Les Trois règnes, que l’on retrouve dans les éditions in-4 de 1809 et 1810, et qu’elles aient été réduites par Mirys et Moreau le jeune lui-même pour l’édition in-8 de 1808. Il semblerait également que tous les exemplaires de ces éditions aient reçu indifféremment 2 ou 4 de ces planches (Cohen, col. 280 , Monglond, vol. VII, col. 1191-1192 , Vicaire, vol. III, col. 124). Une tentative d’embrasser par la poésie la création tout enti ère , qui s’inscrit dans le droit fil du style didactique qu’illustrèrent Hésiode, Lucrèce, Virgile, Horace, Baïf, Boileau ou Voltaire. Jacques Delille ne manque pas, cependant, d’y appliquer une sensibilité propre au xviiie siècle, et n’hésite pas à y insérer par exemple une scène libertine, la « belle baigneuse » Musidore du chant III (qui fait le sujet d’un des frontispices). Avec un important apparat critique principalement dû au naturaliste Georges Cuvier , avec qui Delille était alors lié. De la biblioth èque de Napoléon Ier à Sainte -Hél ène (estampille ex-libris armoriée sur le titre). Un des volumes qui, arrivés à Sainte-Hélène par le Newcastle, furent remis à l’empereur le 22 juin 1816. D’après le Mémorial de Las Cases et les cahiers de Sainte- Hélène de Bertrand, Napoléon reconnaissait en Jacques Delille un versificateur supérieur à Voltaire mais, critiquant sa facilité, ne le rangeait pas parmi les grands maîtres de la poésie.
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue