MARIE-LOUISE (impératrice). Lettre signée...

Lot 48
Aller au lot
800 - 1 000 EUR
Result with fees
Result : 1 063 EUR

MARIE-LOUISE (impératrice). Lettre signée...

MARIE-LOUISE (impératrice). Lettre signée « Marie Louise ». Blois, 3 avril 1814. 1 p. in-4 imprimée avec deux corrections manuscrites anciennes, petite déchirure marginale, montage sur feuillet de papier , encadrement sous verre. Édition originale , un des exemplaires signés à expédier au x préfets afin qu’ils en fassent à leur tour imprimer le texte pour le diffuser dans leurs départements. Les éditions provinciales imprimées en second se reconnaissent à trois ajouts typographiques : le nom de Marie-Louise (sa signature autographe n’y figure plus), les noms du ministre de l’Intérieur Montalivet et du préfet concerné avec la mention « pour copie conforme ». « Français, les événemens de la guerre ont mis la capitale au pouvoir de l’Étranger. L’empereur, accouru pour la défendre, est à la tête de ses armées si souvent victorieuses. Elles sont en présence de l’Ennemi sous les murs de Paris. C’est de la résidence que j’ai choisie, et des Ministres de l’empereur, qu’émaneront seuls les ordres que vous puissiez [le second « i » ajouté à la main] reconnaître. Toute ville, au pouvoir de l’Ennemi, cesse d’être libre, toute direction qui en émane, est le langage de l’Étranger, ou celui qu’il convient à ses vues hostiles de propager. Vous serez fidèles à vos sermens. Vous écouterez la voix d’une Princesse qui fut [corrigé à la main en « s’est »] remise à votre foi, qui fait toute sa gloire d’être Française, d’être associée aux destinées du Souverain que vous avez librement choisi. Mon fils était moins sûr de vos cœurs aux tems de nos prospérités. Ses droits et sa personne sont sous votre sauve garde. » Derniers feu x de l’Empire . La difficile campagne de France vit Napoléon Ier résister opiniâtrement aux Alliés et tenter en vain de les éloigner de Paris. Le 28 mars, il décida finalement de remonter à marche forcée pour défendre la capitale, mais, le 30 mars au soir à Fontainebleau, on lui annonça la capitulation de la ville. Le 3 avril, il passa en revue les divisions Friant et Henrion qui, prêtes à le suivre encore, crièrent « à Paris ! », mais il reçut le jour même la nouvelle de sa déchéance votée la veille par le Sénat. Marie -Louise régente . Le 23 janvier, Marie-Louise se voyait confier la régence, tandis que Joseph recevait la lieutenance générale de l’Empire. Le 28 mars, l’impératrice pensait devoir rester aux Tuileries pour galvaniser la résistance, mais, dissuadée par Joseph, elle quitta la capitale. Le 2 avril au soir, elle parvint à Blois où elle s’installa à la Préfecture. C’est là qu’elle apprit bientôt la capitulation de Paris, la déchéance de son mari et son abdication.
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue