NAPOLÉ ON Ier. Lettre signée « Napo »au...

Lot 18
Aller au lot
2 000 - 2 500 EUR

NAPOLÉ ON Ier. Lettre signée « Napo »au...

NAPOLÉ ON Ier. Lettre signée « Napo »au vice-roi d’Italie le prince Eugène de Beauharnais. Paris, 17 février 1808. 1 p. 1/4 in-4. Brutalité de l’occupation fran çaise à Rome . Devant le refus de Pie VII de s’associer à la politique du blocus continental, notamment de fermer ses ports comme Ancône, Napoléon Ier enchaîna les coups de force contre celui-ci : il occupa une partie des États pontificaux, notamment les ports, fit entrer ses troupes dans Rome le 2 février 1808, et fit chasser en mars les cardinaux étrangers au territoire. Ces démêlés se poursuivraient et aboutiraient à l’excommunication de Napoléon Ier par Pie VII et à l’arrestation du pape par les Français. « Mon fils, étant très mécontent d’Alquier, je l’ai rappellé. Il devait remettre une note qu’il n’a point remise, et dans son audience chez le pape, il a parlé de lui et a fait ses affaires plutôt que les miennes. Cette fatuité, toute ridicule qu’elle est, est un crime de la part d’un ambassadeur [Napoléon Ier jugeait trop modéré l’ancien conventionnel Charles Jean-Marie Alquier, en poste à Rome depuis 1801, et donc peu apte à soutenir sa politique énergique à l’égard du pape]. Faites connaître au gal Miollis [Sextius Alexandre François de Miollis, général commandant les troupes françaises à Rome] que je compte que mes intentions soient remplies , 1° que tous les sujets napolitains, surtout les cardinaux, ont été renvoyés à Naples, et qu’au défaut de s’y prêter de bon gré, il les a fait arrêter & conduire de force , 2° qu’il a pris les troupes du pape sous ses ordres et qu’elles font le service concurremment avec les siennes, et qu’il veille à ce qu’elles ne manquent de rien , 3° qu’il s’est emparé des Postes, qu’il y a mis des agens français ou italiens, de sorte qu’aucun imprimé ou mauvaise lettre ne puisse être expédiée pour l’étranger. Veillez à l’exécution de cette mesure, & rendez responsable les directeurs et les maîtres de poste de l’expédition de tout courrier par la Romagne ou la Toscane. Recommandez à Lemarois d’y veiller de son côté [le général Jean Léonor François Le Marois commandait alors les Marches pontificales à Ancône]. Votre affectionné père... » Napoléon Ier, Correspondance générale, t. VIII, Paris, Fayard, 2011, n° 17210.
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue