NAPOLÉlON Ier. Pièce signée « Napoleon »,...

Lot 11
Aller au lot
2 500 - 3 000 EUR

NAPOLÉlON Ier. Pièce signée « Napoleon »,...

NAPOLÉlON Ier. Pièce signée « Napoleon », contresignée par le ministre secrétaire d’État Hugues-Bernard Maret et l’archichancelier de l’Empire Jean-Jacques Régis Cambacér ès. Palais de Saint-Cloud, 21 messidor an XII [10 juillet 1804]. 1 p. in-folio oblong sur peau de vélin, encadrement sous verre. L’acte de nomination du cardinal Fesch comme grand -aum ônier . « Sur la connaissance que nous avons de la sagesse et de la piété de notre cher oncle Joseph Fesch, cardinal de la Sainte Église Romaine, archevêque de Lyon, et désirant lui donner un témoignage de notre affection, à raison des liens du sang qui nous unissent à lui, nous l’avons nommé et institué par ces présentes, nommons et instituons notre grand-aumônier, à l’effet d’exercer, sous nos ordres, le gouvernement et la surveillance de notre Chapelle, ainsi que la dispensation des bonnes œuvres par lesquelles nous souhaitons d’attirer sur nos entreprises la bénédiction divine. En conséquence, voulons et entendons qu’après avoir prêté serment entre nos mains, ledit Joseph Fesch exerce l’autorité, jouisse des honneurs, prérogatives et émolumens attachés par les actes des Constitutions de l’Empire et nos Statuts impériaux, tant aux charges de grands-officiers de l’Empire en général, qu’à celle de grand-aumônier de notre Palais et aussi de la présidence du Collège électoral départemental du département d’Ille-et-Vilaine, que nous lui affections spécialement. Enjoignons à tous ecclésiastiques et autres personnes dépendant de notre Chapelle de lui porter respect et obéissance en sa dite qualité… » L’oncle de Bonaparte . Par sa mère, Joseph Fesch (1763-1839) était le demi-frère de Letizia Bonaparte, mère de Napoléon. Ordonné prêtre en 1785, il abandonna durant la Terreur la condition ecclésiastique qu’il reprit après le Concordat pour mener dès lors une carrière fulgurante, par la faveur de son neveu devenu Premier consul puis empereur : il fut fait archevêque de Lyon, primat des Gaules et cardinal (1803), chargé de négocier à Rome la venue du pape pour le sacre impérial, grand aumônier de l’empereur, sénateur, coadjuteur de l’archevêque de Ratisbonne, pair de France durant les Cent-Jours… Habité cependant par une foi sincère, il conserva une certaine liberté vis-à-vis du régime, osant par exemple refuser l’archevêché de Paris, et fut un temps privé du titre de grand aumônier. Réfugié à Rome en 1814 puis en 1815, il rendit des services à Napoléon Ier exilé à Sainte-Hélène, se chargeant avec Letizia Bonaparte de lui envoyer un médecin et un aumônier.
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue