Pierre Bonnard, 1867-1947

Lot 28
Aller au lot
350 000 - 450 000 EUR
Result : 420 000 EUR

Pierre Bonnard, 1867-1947

Petite fille au chat, Renée Terrasse, 1899 Huile sur carton Signé et daté en bas à droite 51 x 50 cm Expositions - Pierre Bonnard, NY Carlsberg Glyptotek, Copenhague, mai 1947, n° 67 - Pierre Bonnard, Palazzo della Permanente, Milan, avril-mai 1955, n° 49. - Les premiers Indépendants 1884-1894, Grand Palais, Paris, 1965. - Centenaire de la naissance de Pierre Bonnard, Maison des Arts de Munich 8 octobre 1966-1er janvier 1967 et Orangerie des Tuileries, 13 janvier-17 avril 1967, préface d'Antoine Terrasse, RMN, Paris, 1967, décrit et reproduit sous le n° 33 du catalogue. - Hommage à Bonnard, Galerie des Beaux-Arts de Bordeaux, 9 mai-25 août 1986, n° 15. - Pierre Bonnard, Palazzo Reale, Milan, 27 octobre 1988-8 janvier 1989, n° 10 - Pierre Bonnard, Fondation de l'Hermitage, Lausanne, 7 juin-13 octobre 1991. - Pierre Bonnard, Kunsthalle, Munich, 28 janvier-24 avril 1994, n° 20 - Pierre Bonnard, Galerie Schmit, Paris, 3 mai-12 juillet 1995, n° 7. - Matisse Bonnard une amitié, Musée Matisse, Nice, 28 juin-27 octobre 1996. - Pierre Bonnard, Nagoya-Tokyo, 1997, n° 14, décrit et reproduit en couleurs p. 62 et 63. - Bonnard à Saint-Tropez, Musée de l'Annonciade, Saint-Tropez, 4 juillet-5 octobre 1998, reproduit en couleurs p. 25. - Pierre Bonnard, Fondation Pierre Gianadda, Martigny, Suisse, 11 juin-14 novembre 1999, n° 6. - Pierre Bonnard, Musée Maillol, Paris, 31 mai-9 octobre 2000, n° 19, reproduit en couleurs. - Pierre Bonnard, Museum of Arts, Tel-Aviv, 8 novembre 2000-10 février 2001, n° 13, reproduit en couleurs. - Pierre Bonnard, Fondation Arpad Szenes-Viera Da Silva, Lisbonne, 11 juillet-30 septembre 2001, reproduit en couleurs p. 43. - Pierre Bonnard Observing Nature, National Gallery of Australia, 7 mars 2003-9 juin 2003, Queensland Art Gallery, 4 juillet 2003-28 septembre 2003, n° 5, reproduit en couleurs p. 159 et décrit p. 178. Provenance Ancienne collection de Madame Renée Terrasse, Paris. «La maison du Grand-Lemps s'anime des enfants nés du foyer de Claude Terrasse. Bonnard, qui y revient toujours en été, observe tous leurs jeux, la course au cerceau, la promenade à âne, les caresses au basset ou aux chats, la baignade dans le bassin du jardin. Il participe à toutes les joies, à tous les tours, surprend les allures comiques, les gestes gracieux ou mal assurés, et prolonge son amusement dans l'atelier que sa mère lui a fait aménager au second étage de la maison. Les vacances finies, ce sont les devoirs, la veillée sous la lampe, la partie de cartes de la grand-mère. Il aime comme Vuillard la douceur des intérieurs d'hiver quand la maison est bien fermée et le feu allumé.» Antoine Terrasse, Pierre Bonnard, Gallimard, Paris, 1967, p. 52. «Bonnard observe et sourit, puis il remonte dans l'atelier que sa mère lui a fait aménager au deuxième étage de la vieille maison, et il peint ces scènes d'enfants pleines de soleil et de gaieté. Ce sont les couleurs de l'été, que de malice et de grâce dans les traits, les formes, les contours ! Comme on voit l'air gourmand de l'enfant qui déjeune, et comme le chat est heureux dans les bras de sa petite maîtresse !» Étude biographique et critique par Antoine Terrasse, Bonnard, Le goût de notre temps, collection dirigée par Albert Skira, Lauzanne, 1964, p. 38. Cette peinture représente Renée Terrasse dans la maison du Grand-Lemps, propriété appartenant à la famille Bonnard où se retrouvaient les enfants d'Andrée Bonnard et de Claude Terrasse. Ces moments en famille étaient chers au peintre et lui fournissaient d'heureux motifs à peindre. La composition au cadrage resserré, accentué par la vue en plongée, engendre une scène intimiste comme les affectionnent les peintres nabis, tout particulièrement Bonnard et Vuillard. On retrouve ce procédé dans de nombreuses oeuvres de l'époque en intérieur ou en extérieur telles que La salle à manger (1899) et Le jardin (1900). Au premier plan le peintre représente une nature morte dans des tonalités bleutées, un plat de fruits et une partie du service de table. Les objets décrits sont tronqués et dans l'ombre, renvoyant sans détour le regard du spectateur vers le sujet principal du tableau, la fillette jouant avec le chat dans la chaude lumière du foyer familial. L'attitude affectueuse de Renée Terrasse envers l'animal renforce le sentiment de douceur et de quiétude. Le choix du moment éphémère, ce geste fugace de la fillette et le plaisir non dissimulé du félin, fixe cet instantané intime tel une photographie, pratique qu'appréciait particulièrement Bonnard. L'arrière-plan de la scène est emblématique des années nabi de l'artiste, où la commode et la tenture du fond forment un motif presque abstrait. Les orangés apparaissant dans les coups de lumière qui frappent la nappe sont étonnamment prophétiques des coloris que l'on retrouvera plus tard dans ses paysages et vues d'atelier du Midi. Le pelage du chat présente aussi de magnifiques juxtapositions de tons sombres et de couleurs vives. Cette composition, véritable morceau de bravoure réunissant portrait, nature morte et scène de genre, exprime toute la sensibilité et l'acuité de l'artiste au travers du délicat portrait de sa nièce. Oil on board 20 x 193/5 in. signed & dated bottom right Exhibited - Pierre Bonnard - NY Carlsberg Glyptotek, Copenhague, May 1947, n° 67 - Bonnard à Milan - Milan, 1955, n° 49 - Les Premiers Indépendants 1884-1894 - Grand Palais, Paris, 1965 - Centenaire de la Naissance de Pierre Bonnard - Haus der Kunst, Munich / Orangerie des Tuileries, 13 January-17 April 1967, cat. n° 33 (rep.) - Hommage à Bonnard - Galerie des Beaux-Arts, Bordeaux 9 May-25 August 1986, n° 15 - Pierre Bonnard - Palazzo Reale, Milan, 27 October 1988-8 January 1989, n° 10 - Pierre Bonnard - Fondation de l'Hermitage, Lausanne, 7 June-13 October 1991 - Pierre Bonnard - Kunsthalle, Munich 28 January-24 April 1994, n° 20 - Pierre Bonnard - Galerie Schmit, Paris 3 May-12 July 1995, n° 7 - Matisse/Bonnard - Une Amitié, Musée Matisse, Nice 28 June-27 October 1996 - Pierre Bonnard - Nagoya/Tokyo, 1997, n° 14, pp 62/3 (rep. col.) - Bonnard à Saint-Tropez - Musée de l'Annonciade, St-Tropez, 4 July-5 October 1998, p.25 (rep. col.) - Pierre Bonnard - Fondation Pierre Gianadda, Martigny, 11 June-14 November 1999, n° 6 - Pierre Bonnard - Musée Maillol, Paris 31 May-9 October 2000, n° 19 (rep. col.) - Pierre Bonnard - Tel Aviv Museum of Art, 8 November 2000-10 February 2001, n° 13 (rep. col.) - Pierre Bonnard - Fondation Arpad Szenes-Viera Da Silva, Lisbon 11 July- 30 September 2001, p.43 (rep. col.) - Pierre Bonnard Observing Nature - National Gallery of Australia 7 March- 9 June 2003 / Queensland Art Gallery 4 July-28 September 2003, n° 5, p.178 (rep. col. p.159) Provenance - Former Renée Terrasse Collection, Paris Les "The house at Le Grand-Lemps was alive with Claude Terrasse's children. Bonnard always came in Summer, and watched all their games - playing with hoops, riding the donkey, stroking the basset-hound or the cats, bathing in the garden... He took part in all their jokes and tricks, captured them clowning about, making graceful or uncertain gestures, then prolonged his amusement in the second floor studio his mother had prepared for him. After the holidays it was homework, sitting up by lamplight, or playing cards with grandmother. Like Vuillard, Bonnard loved soft Winter interiors, when the house was locked and the fire lit." - Antoine Terrasse: Pierre Bonnard, Gallimard, Paris 1967, p.52 "Bonnard watched and smiled, then went back up to the studio his mother had prepared for him on the second floor of the old house, and painted those child scenes full of sunshine and fun, alive with the colours of Summer. Such grace and mischievousness in the brushstrokes, forms and outlines! How hungry the little boy looks at lunch! How happy the cat is in the arms of its young mistress!" - Antoine Terrasse: Bonnard, Le Goût de Notre Temps, Albert Skira, Lausanne 1964, p.38 This painting shows Renée Terrasse in the Bonnard family home in Le Grand- Lemps, where the children of Andrée Bonnard and Claude Terrasse used to gather. These moments en famille were precious to the artist, and a source of cheerful subjects. The tightly-framed composition, accentuated by being viewed from above, has the sort of intimacy beloved of the Nabis, especially Bonnard and Vuillard. We find this approach in numerous works of the period, both indoors or out - like La Salle à Manger (1899) or Le Jardin (1900). In the foreground we see a bluish still life: a bowl of fruit and part of the table-setting. The objects are foreshortened and in shadow, chanelling the eye towards the painting's main subject: the little girl playing with the cat in the warm light of home. Renée Terrasse's affection towards her pet underlines the mood of gentle quiet. The choice of a split-second moment, with the girl's fleeting gesture and the cat's undisguised pleasure, creates an intimate snapshot - Bonnard much appreciated photography. The background is typical of his Nabis period, with the wall and chest-of-drawers forming an almost abstract pattern. The oranges that appear in the rays of light striking the tablecloth are surprisngly prophetic of the colours to be found in his later landscapes and views in the South of France. The cat's fur also offers magnificent juxtapositions of dark tones and bright colours. The composition is a veritable tour de force blending portrait, still life and genre scene, expressing all Bonnard's sensitivity within a delicate portrait of his niece
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue