ROBESPIERRE (Maximilien de). Pièce signée...

Lot 15
15 000 - 20 000 €

ROBESPIERRE (Maximilien de). Pièce signée...

ROBESPIERRE (Maximilien de). Pièce signée en qualité de membre du Comité de Salut public, contresignée en la même qualité par Bertrand BARÈRE DE VIEUZAC, Jacques-Nicolas Billaud dit BILLAUD-VARENNE, Lazare CARNOT, Jean-Marie COLLOT D'HERBOIS, Marie-Jean HÉRAULT DE SÉCHELLES, André Jeanbon dit JEANBON-SAINT-ANDRÉ et Pierre Louis Prieur dit PRIEUR DE LA MARNE. [Paris], 24 septembre 1793. 3 pp. in-folio, en-tête imprimé « Comité de Salut public. Extrait des registres du comité de Salut public de la Convention nationale » avec vignette gravée sur bois. L'arrêté qui fi t entrer la France dans l'ère moderne des télécommunications. « LE COMITÉ DE SALUT PUBLIC, VU LE MÉMOIRE DU CITOYEN CHAPPE, INGÉNIEUR THÉLÉGRAPHE, ARRÊTE CE QUI SUIT. [article] 1° LE CITOYEN CHAPPE EST AUTORISÉ À PLACER LES MACHINES THÉLÉGRAPHIQUES SUR LES TOURS, CLOCHERS ET EMPLACEMENS QU'IL A CHOISIS pour leur établissement, et à y faire faire tous les ouvrages et constructions nécessaires, même à faire abattre les arbres qui pourraient gêner la direction de la vue d'une machine à l'autre , les propriétaires, tant des terreins sur lesquels les machines seront posées, que des arbres qu'il sera nécessaire d'abattre, et qui appartiendraient à des particuliers, seront indemnisés... art. 2. Le ministre de l'Intérieur donnera sans délai les ordres nécessaires, pour que la municipalité des lieux où seront placées les machines, veillent à leur conservation par tous les moyens qui sont en leur pouvoir, et procurent au citoyen Chappe les ouvriers et matériaux dont il pourrait avoir besoin. art. 3. Le citoyen Chappe est autorisé à nommer les divers agens de la correspondance thélégraphique , il en remettra la liste au ministre de la Guerre qui est chargé de leur délivrer des commissions et de fi xer leurs appointemens. Le citoyen Chappe présentera incessamment un projet de règlement sur l'exactitude et la discipline à observer par les agens dans chaque partie de leur service , ce projet sera remis au ministre de la Guerre, qui le soumettra à l'approbation du comité de Salut public. art. 4. Aussitôt l'établissement de la correspondance de Lille à paris, le citoyen Chappe remettra au ministre de la Guerre, au comité de Salut public, un état certifi é par le préposé à la surveillance de la machine thélégraphique, lequel indiquera les noms des diff érens postes et des agens qui les occupent, ainsi que la nature de leur emploi, et contiendra le détail des meubles, instrumens, et objets qui appartiendront à chaque machine. [art.] 5. Pour hâter les constructions des machines thélégraphiques, le ministre de la Guerre donnera, s'il est nécessaire, les ordres pour mettre en réquisition les ouvriers dont pourrait avoir besoin le citoyen Chappe. art 6 Le ministre de la Guerre est autorisé à faire délivrer au citoyen Chappe, pour ses voyages de la correspondance, un des chevaux mis à la disposition de la République, à la charge pour le citoyen Chappe de remettre ce cheval lorsqu'il n'en aura plus besoin pour cet objet... » LE TÉLÉGRAPHE AÉRIEN DE CLAUDE CHAPPE. C'est en 1791 que ce dernier mit au point son système de sémaphores placés à intervalles sur des hauteurs. En 1793, il le présenta dans un mémoire à la Convention nationale. En raison de la guerre que la France avait à soutenir contre l'Europe coalisée, le Comité de Salut public trouva dans l'invention de l'ingénieur un moyen inespéré d'accélérer les transmissions militaires entre les terrains d'opération et la capitale. Le présent arrêté autorise donc Claude Chappe à installer des machines télégraphiques pour relier Paris et Lille – et créer la première ligne de communication opérationnelle utilisant cette technique, inaugurée peu après dans l'année. Le réseau télégraphique français fut ensuite complété de 1799 à 1815, sur un plan rayonnant à partir de Paris. Claude Chappe fut placé à la tête d'une administration qui lui était aff ermée, et se fi t aider de ses trois frères, Abraham pour la télégraphie militaire, et surtout Ignace-Urbain et Pierre-François qui lui succédèrent comme administrateurs généraux en 1805 quand il se suicida.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue