DUCATI 996 SPS
2000

Lot 59
20 000 - 25 000 €
Résultats avec frais
Résultat : 28 800 €

DUCATI 996 SPS
2000

Cadre numéro ZDMH100AAXB002684
Ex Johnny Hallyday
Numérotée 119/150
Carte grise française
La Ducati 996 a toujours été une machine à part, une moto parmi les plus caractérielles du marché, pourtant, Ducati avait encore une corde à son arc lorsqu’elle lançait la 996 SPS. Aboutissement du modèle, la 996 SPS était et reste probablement l’une des motos de route les plus proche du monde de la compétition. Son gros V-Twin de 996 cm3 développe 123 chevaux à quelques 9500 tours minutes, les arbres à cames furent retaillés pour donner toujours plus de caractère à son moteur de feu, la boîte s’offre un étagement « compétition », les freins signés Brembo s’octroient des disques flottants en fonte et les suspensions (Öhlins à l’arrière) sont revisitées pour une tenue de route des plus incisives, ce, sans aucune notion de confort. Le tout était agrémenté de fibre de carbone disséminé aux quatre coins de la bête. Le prix neuf de la moto avoisinait les 150 000 Francs, elle était LA superbike qui clôturait le XXème siècle. Véritable machine à sensation, son gros Desmo offre des performances incroyables, presque ingérables tant le couple de l’engin peut sauter à la gorge dans un feulement typiquement italien ! Pourtant, son châssis extrêmement bien pensé la rend diablement efficace et ne souffre ainsi d’aucun reproche. Au final, les 187 kilogrammes de la machine peuvent être propulsés jusqu’à 270 kilomètres par heure en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.
Cette Ducati 996 n’est pas une Ducati 996 comme les autres. Son histoire est unique. En effet, elle fut livrée le 25 mai 2000 à Johnny Hallyday. Numérotée 119/150, elle s’octroie même une plaque au nom du chanteur sur son guidon. Pourtant, Johnny, souffrant de problèmes de hanche ne put s’en servir régulièrement. C’est pourquoi la star confia la clef à son secrétaire, Jean Basselin. Pour citer ce dernier « Quand il voit mon étonnement face à la bête, moi qui connais ses problèmes de hanches, Johnny me tend les clefs et me dit : « Sers-toi de ce monstre, moi, je ne monterai jamais dessus ! » Merci, mon Johnny, de m’avoir permis de rouler durant plus d’un an sur ce bijou que je surnommais « ma Ferrari sur deux roues ». Toujours la générosité légendaire de ce grand monsieur. ».
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue