1966 FERRARI 330 GT 2+2

Lot 123
200 000 - 250 000 €
Résultats avec frais
Résultat : 246 000 €

1966 FERRARI 330 GT 2+2

« Matching numbers »
Ex-Salon de Paris 1966
Même propriétaire depuis 1985
Carte grise française
Forte des ventes de la Ferrari 250 GTE, la firme de Maranello remis le couvert de la 2+2 de Grand Tourisme avec sa nouvelle 330 équipée du moteur V12 de 4.0 litres. Discrète et civilisée, la nouvelle Ferrari 330 GT 2+2 présentée en 1964 visait une clientèle aisée mais pas tapageuse. C’est pourquoi les lignes de la nouvelle née de Maranello affichaient une sobriété à en faire pâlir les Aston-Martin DB6 d’alors. Dessinée par Pininfarina, elle ne peine à masquer ses deux places supplémentaires, celles-ci restent difficilement perceptibles de l’extérieur. Son moteur est directement issu de celui de la 400 Superamerica et de la 330 TRI LM Spider victorieuse aux 24H du Mans 1962, développant sur la 330 GT 2+2, la puissance de 300 chevaux ! Equipée de nouveaux amortisseurs télescopiques à l’avant, d’un double système de freinage et d’un alternateur, elle entrait dans l’ère moderne ! Apparue avec quatre phares avant, la proue fut redessinée en 1966 au profit de deux phares plus classiques et plus distingués tandis que les ouïes latérales s’enjolivaient et se creusaient. Aussi agréable à conduire qu’elle l’est à regarder, la Ferrari 330 GT 2+2 est souple et dynamique à la fois. Capable d’atteindre 240 kilomètres heures en fond de 5ème, c’est une véritable GT italienne.
Cette Ferrari 330 GT 2+2, châssis 8941 – moteur 209, est probablement l’un des exemplaires les plus désirables qu’il soit. Peinte en Azzuro Metallizzato, équipée de phares jaunes et des jantes en magnesium, pourvue d’un habitacle tendu de cuir noir et de moquettes bleu foncé, elle est dans une configuration très élégante. Surtout, elle fut exposée au Salon de Paris du 6 au 16 octobre 1966 auprès de la nouvelle 330 GTC. Elle fut ensuite livrée neuve le 28 octobre 1966 par l’importateur de Levallois, Charles Pozzi. Le 29 octobre 1985, elle fut acquise par son actuel propriétaire. Ce dernier ne l’a jamais repeinte et l’a continuellement entretenue chez la SARL Supersport à Paley. Il s’en servait régulièrement, lorsque la météo le permettait, si bien qu’elle fut conservée dans un état tout simplement incroyable. Affichant aujourd’hui près de 80 000 kilomètres au compteur, très certainement véridiques au vu de l’état de la voiture, elle a obtenu son contrôle technique sans le moindre défaut en juillet dernier. En effet, de nombreux travaux ont été réalisés récemment, comprenant : le remplacement des cinq pneus par des Michelin XWX, la réfection des jantes en magnésium avec peinture époxy, le remplacement des courroies de compresseur de climatisation, la réfection des étriers, le remplacement des modules électroniques d’allumage, du compresseur, condensateur et filtre de climatisation, de l’alternateur, de relais et autres pièces d’usure. La vidange et la purge des freins viennent d’être réalisées. Aujourd’hui, cette Ferrari est des plus agréables à conduire, son V12 est coupleux et n’hésite pas à monter dans les tours, sa boîte se manie aisément, sa direction est précise et son freinage ne manque pas de mordant.
Unique par son histoire et son état, cette Ferrari 330 GT 2+2 est une voiture comme on les aime. Dans son état d’origine et parfaitement utilisable, elle représente une rare opportunité d’acquérir un V12 Colombo, qui plus est, dans une voiture ayant été exposée au Salon de Paris, au cœur de la nef du Grand Palais !
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue