BUGATTI TYPE 57 Châssis 57761 moteur 552...

Lot 143
350 000 - 550 000 €
Résultats avec frais
Résultat : 431 320 €

BUGATTI TYPE 57 Châssis 57761 moteur 552...

BUGATTI TYPE 57

Châssis 57761 moteur 552

Berline Galibier 1939

Caisse numéro 24

Au Salon d’octobre 1938, Bugatti présente une nouvelle berline type 57

Galibier.

Elle renoue avec la tradition de ce modèle, le premier de la gamme

57 dévoilé au Salon d’octobre 1933, sous la forme d’une berline sans

montant central puis abandonné courant 1936, au profit de berlines

construites chez Gangloff à Colmar.

Le nouveau dessin de la berline 4-5 places, type 57 et 57C modèle 1939,

est dévoilé au Grand Palais le 6 octobre 1938. Les roues sont au choix

chromées ou flasquées. Les phares avant sont selon le gout du client,

intégrés dans les ailes comme la voiture exposée au salon d’octobre 1939

à Paris, ou extérieurs et chromés comme celle du salon de Berlin en mars

1939. Le client conserve le choix d’une berline suralimentée ou sans

compresseur, et le châssis est étudié pour recevoir cette option.

Le prix au tarif client du 15 octobre 1938 pour la « Berline Galibier type

57 Tourisme 4-5 places » est de 116.000 ff et en version « 57C Grand

Tourisme » de 136.000 ff.

L’atelier de fabrication de la carrosserie Bugatti assemble entre octobre

1938 et juillet 1939, 27 caisses de berlines, toutes numérotées. Le rythme

de fabrication des berlines est de 2 à 5 caisses par mois.

Trois caisses sont produites en octobre 1938 : châssis 57700 /513,

57709/512 et 57711/514.

Une berline 57C châssis 57796/58C, voiture de démonstration, est

assemblée en novembre.

En 1939, 24 autres berlines Galibier seront construites avant la

déclaration de guerre qui met un point final à l’activité de l’atelier de

carrosserie de l’usine.

Le programme de fabrication des berlines Galibier était ambitieux

et hormis un seul Coach Ventoux carrossé tout début janvier et une

Atalante préparée pour le Salon de New York fin février 1939, toutes

les autres Bugatti carrossées en 1939 par l’Usine de Molsheim sont des

Berlines Galibier.

La berline Galibier 1939, caisse N o 24.

Le châssis 57761 /moteur 552 est assemblé courant mai 1939, avec

les châssis type 57 moteurs 553-554 et 555. La berline 57761 sort de

carrosserie le 13 juin 1939, elle est de « couleur noire, cuir Havane ». Elle

est la seconde et dernière berline assemblée en juin 1939. Elle porte le

numéro de caisse 24.

En juillet 1939 seront assemblées les 3 dernières caisses Galibier :

châssis 57771/555, 57772/553 et 57837/104C, portant le total des caisses

construites à 27 unités.

Le concessionnaire de Nantes, Henri Matile, dont le magasin d’exposition

était au 20 rue Racine, a réservé le véhicule pour un de ses fidèles clients.

La Bugatti est commandée « le 10 mai 1939, N o d’ordre 2002. Pour Matile

- client Bottineau - voiture moteur 552 ». La voiture est livrée à Nantes

le 14 juin 1939. Elle est facturée à l’agent Bugatti 90.453 ff. Le prix payé

par le client doit être d’environ 120.000 ff, sauf reprise, la marge agent

étant de 30.000 ff. Le 20 du mois, la Bugatti est immatriculée sous le

numéro 3527 JH 5, au nom de Paul BOTTINEAU, domicilié 8 passage

du Sanitat à Nantes.

Paul Bottineau (1891-1954).

Cet industriel, ingénieur E.P.E.I, spécialisé dans la fabrication de

tubes de fer et acier, et la robinetterie, est un bon client de Bugatti. Il

commercialise également les moteurs industriels et agricoles Aster. Fils

unique, il reprend la société dirigée par son père Paul Bottineau et son

oncle Gustave Bottineau. P.Bottineau est passionné par les belles voitures

et les bateaux. A son décès il avait un nouveau bateau en construction. Il

possédait une villa au Croisic. Il a déjà acheté neuve en 1933, une berline

Gangloff type 49, revendue en mai 1935 pour une des dernières 5 litres

type 46.



Le 30 décembre 1957, la Berline est revendue dans le Lot.

Son nouveau propriétaire l’enregistre sous la plaque 805 AY 46.

Six ans plus tard, la Bugatti est redécouverte par un jeune passionné

de Bugatti de vingt et un ans, fils d’un médecin de Bergerac. François

CHEVALIER, né en 1942, originaire de Lyon, a déjà chassé les Bugatti

avant d’avoir l’âge légal du permis. Fils d’un médecin de campagne, il

entre à la faculté de lettres de Bordeaux en section propédeutique

grec, latin et allemand dont il est le seul élève. Dans une rue proche de

la faculté, il découvre la Galibier, note la plaque de Police, se procure le

nom du propriétaire et oublie… Avant d’y repenser deux ans plus tard et

d’indiquer la voiture à Antoine Raffaelli.

Le chasseur Raffaelli retrouve le propriétaire dans un petit village du Lot.

C’est un corse, ancien parachutiste de l’armée, un certain CATTA,

devenu guérisseur, habitant en pleine campagne, et dont le grand plaisir

reste l’entrainement militaire et le saut. Après avoir eu droit à plusieurs

démonstrations commando, notre bugattiste repart avec sa belle prise

qu’il destine à son ami Chevalier. A. Raffaelli se souvient de cette Galibier

noire qui fut échangée à l’ancien militaire contre la Dauphine 1093

blanche à moteur Ferry que François Chevalier possédait depuis peu. La

transaction eut lieu courant 1963.

F .Chevalier se rendit à Aubagne chez A. Raffaelli pour prendre livraison

de sa nouvelle acquisition.

Par une belle journée d’été 1963 la voiture fut ramenée en Dordogne.

La pression d’huile ne dépassait pas les 500 gr, mais il n’était pas question

de rouler fort et il était prévu de tout réviser dès que possible.

La carte grise au nom de « François Chevalier, étudiant à Bergerac »

porte le numéro 428 FY 24 en date du 25 juin 1963.

F. Chevalier avait déjà possédé un type 57 et en cherchait une autre, il

est très content de sa nouvelle Bugatti qu’il va améliorer et faire réviser.

La pipe d’admission avait été modifiée avec un carburateur Zenith peu

performant. F.Chevalier commande à l’usine de Molsheim une pipe de

type 101 avec carburateur Weber inversé. Il achète également un jeu de

pistons de type 57S.

Pendant les grandes vacances de l’été 1963, le moteur est déposé. Il

part en révision chez Georges Dubos à Vélines en Dordogne qui avait un

atelier de rectification et était un grand amateur de Bugatti dont il eut

plusieurs modèles.

Lors de sa découverte dans le Lot, la berline Galibier avait les

optiques avant, chromées, posées sur les ailes. Sur une idée de Bruno

Lafourcade, qui est partie prenante dans l’achat de la 57, deux phares de

Volkswagen sont intégrés dans les ailes avant, mais le résultat ne satisfait

pas nos amateurs qui refixent les phares sur les ailes. F .Chevalier change

le tableau de bord de type 57 à deux gros compteurs, pour un modèle

57C, plus sportif avec les deux compteurs entourant quatre jauges.

Les moquettes de sol sont réalisées avec carrés de cuir, percés au niveau

des pédales, par la mère de F.Chevalier. La garniture du toit est changée.

Deux bouchons de remplissage d’essence de Talbot viennent remplacer

les bouchons Bugatti. La roue de secours dans l’aile avant gauche est

enlevée.

La peinture, en bon état, sera seulement lustrée.

L’embrayage broutait, et le jour de l’an 1965, F.Chevalier et B .Lafourcade

passent la nuit du réveillon à essayer des disques d’embrayage

d’épaisseurcroissante, avant de trouver au quatrième essai, le bon

réglage. Avec l’entrainement, l’opération prenait 50 minutes !

La voiture ne trouvera pas facilement un client, bien que parfaitement

restaurée et réglée.

Le Dr Boissier de Saint Jean du Gard, se montre intéressé, mais la voiture

doit lui être livrée par la route et payée à l’arrivée.

Pour être certain que l’auto fera bien le trajet, le praticien envoie ses deux

enfants, Frédéric et Nicolas, qui devront faire le retour dans la Galibier,

conduite par F.Chevalier.

La 404 injection de B.Lafourcade suit et sera le taxi du retour. Les

performances de la Bugatti se montrent au niveau de celles de la

moderne Peugeot. François Chevalier et son ami Lafourcade vont livrer

l’auto dans la neige, un jour d’hiver 1964-1965 de Périgueux à Saint

Jean du Gard, après être passés à Montpellier chez le « Gourou », le

mécanicien Petit, spécialiste régional des Bugatti, qui donne à l’équipage

sa bénédiction. A près de 5000 tours minute en quatrième, la Berline

aluminium monte à 165 km/h, elle est assez légère mais mange avec

appétit son train de pneus.

La balance accuse à peine 1700Kg, soit près de 180 kg de moins qu’une

berline Galibier de 1934 à la boiserie abondante et en tôle.

Avec l’argent de la vente F.Chevalier se procure une Lotus 22 pour courir

sur circuit, avec quelques déconvenues, l’auto n’étant pas en état.

La Bugatti sera immatriculée seulement le 6 juillet 1967 sous le numéro

743 LT 30 au nom du Dr Etienne BOISSIER de Saint Jean du Gard.

Etienne Boissier (1915-1985) est un médecin généraliste originaire de

Saint Quentin la Poterie et installé à Saint Jean du Gard avec son épouse

Elisabeth également praticienne, et leurs cinq enfants.

Le nouveau propriétaire décide de remettre la roue de secours dans l’aile

et d’intégrer à nouveau les phares avant dans les ailes, en installant des

optiques du style Matford.

La voiture sera mise en exposition au musée automobile d’Orgon

appartenant à Pierre Dellière.

Le 3 août 1974, Jean Badré et Frédéric Boissier vont chercher la voiture

au musée pour l’amener en révision chez Henri Novo. Mais le voyage

sera émaillé de péripéties car l’essence n’arrivant pas au carburateur, il

faudra le concours de plusieurs quincailliers locaux pour adapter ,d’abord

un tuyau de gaz puis un conduit de 6 mètres en cuivre, fixé sur le toit

pour acheminer l’essence au carburateur !

Le moteur mal callé, nécessite vraiment une mise au point chez le

spécialiste Bugatti.

La Galibier en sortira quelques mois plus tard, et sera remisée chez

Jean Badré à Mareil-Marly avant que l’un de ses voisins de rue, Patrick

POLACK, promoteur, marié à une fille du village, ne se porte acquéreur

du véhicule.

Le Docteur Boissier ayant un projet de Bugatti de course, il a dû se

résoudre à se séparer de sa berline type 57.

La Bugatti est immatriculée au nom de P.Polack le 4 décembre 1979 sous

le numéro 5855 ND 78.

Moins de deux ans plus tard, le véhicule est vendu en Belgique, le 7

mai 1981, à Mme Véronique SAMAIN de Courtrai. Le vente se fit par

l’intermédiaire du garage SAURET de Saint Germain en Laye.

La Bugatti reçoit la plaque belge EBS 512. Elle rejoint bientôt les

garages du Chevalier Adrien de GHELLINCK d’ELSEGHEM à Ostende.

Repeinte en crème et noire, et à nouveau équipée de phares chromés au-

dessus des ailes, la voiture participe au Centenaire Bugatti en Alsace en

septembre 1981, sous le numéro de rallye 148.

Elle sera acquise aux enchères à Monaco par Pierre FEIDT en 1986, et

immatriculée 131 VD 67 le 28 novembre 1986 à Molsheim. Elle réside

depuis lors, dans sa propriété qui jouxte les usines Bugatti.

La Berline Galibier aujourd’hui :

L’inspection de la voiture dans son écurie alsacienne nous révèle un

véhicule bien d’origine. Sur le tablier est fixée sa plaque de châssis portant

les numéros 57761-19cv. Le moteur porte sur la patte arrière gauche du

carter, les numéros 57761 et 552, bien gravés dans le style de l’Usine. Sur

plusieurs pièces du moteur est gravé le numéro d’assemblage qui est 421.

La pipe d’admission est du dernier modèle, Type 101, avec carburateur

Weber vertical. Le pont arrière porte également le numéro 552. Rapport

11X46. Le cadre de châssis est numéroté 412, dans la série attendue. Il

est du modèle à freins hydrauliques et équipé de quatre amortisseurs

télescopiques.

Concernant la carrosserie, Il s’agit d’une caisse entièrement en

aluminium, construite dans les ateliers de la carrosserie Bugatti à

Molsheim en juin 1939. Le numéro de caisse « 24 » apparait sur certaines

pièces en aluminium du capot, mais aussi dans le coffre sur les trois

panneaux formant plancher ainsi que sur une petite plaque losangique

rivetée sur un montant de ferrure.

L’intérieur laisse admirer des sièges au cuir patiné ainsi que des

moquettes de sol de belle facture.

Le tableau de bord, garni de cuir montre deux grands compteurs : vitesse

et tours moteurs, entourant les quatre petits indicateurs. Il est du modèle

57C, et fut réalisé par F .Chevalier en 1963.

A l’origine la voiture possédait, comme toutes les berlines Galibier 1939,

une roue de secours tôlée dans l’aile avant gauche, celle-ci fut enlevée

puis remise deux fois avant de disparaitre.

Le profilage actuel des phares avant est dans le style des Atalante de la

dernière série.

Ainsi, la Berline Galibier 1939 proposée à la vente aujourd’hui représente

l’ultime évolution des Bugatti de tourisme produites par la carrosserie de

l’usine de Molsheim.

La Berline Grand Tourisme type 64 qui devait lui succéder ne sera jamais

mise en production.

Toute activité sera stoppée par la mort de Jean Bugatti le 11 août 1939,

et la déclaration de guerre un mois plus tard. Sur les 27 Berlines Galibier

modèle 1939 produites, 11 furent du modèle « 57C Grand Tourisme » à

compresseur.

Il reste actuellement en collection environ 12 voitures seulement, dont

plusieurs n’ont plus leur moteur d’origine. La Berline 57761 est légère et

performante, son moteur 57 non suralimenté est plus fiable que le 57C.

Dans sa livrée bleue nuit, elle peut prétendre aussi bien à sa vocation de

grande routière qu’à celle de gagnante de concours d’élégance.

Pierre-Yves LAUGIER
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue