BUGATTI TYPE 49 Roadster deux places - à...

Lot 139
320 000 - 380 000 €
Résultats avec frais
Résultat : 360 000 €

BUGATTI TYPE 49 Roadster deux places - à...

BUGATTI TYPE 49

Roadster deux places - à remettre en route

CHASSIS BC 60 (49572)

Cette voiture est assemblée à partir d’un lot de pièces qui se trouvait

entre les mains du collectionneur américain Raymond JONES du

Michigan dans les années soixante dix.

Celui-ci vendit le kit à Rudolf W. DERX, 7264 Durmoll ,Utica,Michigan.

Ce projet était décrit comme « Type 73C /49 » dans le Registre Bugatti

américain de 1979,page 135.Dans le lot le châssis et la boite étaient alors

du type 73,le pont du type 40.

Seules les roues et le moteur décrit comme « ex 49247 » ,étaient du

type 49.

Il se peut que les pièces de type 49 , proviennent de chez A.F.LOYENS au

Luxembourg, comme les pièces de type 73.

Nous retrouvons sa description sous la référence « Type 49/R » dans le

registre Bugatti Anglais de 1989 ,page 61 .Cette fois c’est bien un projet

de type 49 sur châssis réplica qui est décrit.

Dans un courrier daté de décembre 1985 à l’historien David SEWELL,

le propriétaire anglais John BARTON ,qui vient d’importer le projet des

USA, confirme la filiation JONES-DERX.

A l’été 1988, BARTON amène le châssis roulant, non terminé à la garden

party du B.O.C à Prescott.

Le véhicule est déjà la propriété de Neil LAWSON BAKER ,16 Wilton

Place à Londres depuis 1987.

Celui-ci a chargé J. B arton de terminer la restauration.

En octobre 1990, le véhicule en cours de finition reçoit l’accord du Bugatti

Owners Club pour recevoir une plaque de châssis du Club.

Il obtint le numéro « BC 60 ».

Au début de 1990, LAWSON - BAKER avait vendu le projet à deux

amateurs, il devient alors la propriété conjointe de Philippe BOURDEIX

,82 Sloane Street à Londres et Graham Paul HINCKLEY à Donking

dans le Surrey .

Lors de l’enregistrement par le Club anglais, les composants de la voiture

sont détaillés, et les pièces d’origine listées.

Il est indiqué que ce châssis réplique ( R) fut commissionné par John

BARTON après du fabricant anglais Gino HOSKINS, par l’intermédiaire

de Wolf ZEUNER (Z).

Il s’agit du premier châssis tourisme (T) de ce type réalisé par cet artisan.

Le châssis ,émaillé en noir,porte le numéro « E 001 TRZ » en référence

de sa fabrication.

Si les deux rails sont neufs, la traverse arrière et la traverse tubulaire qui

est en avant du pont sont d’origine ainsi que les supports d’amortisseurs

arrières.

Il est indiqué que le moteur, le vilebrequin, la boite de vitesse, le train

avant, les trompettes de pont, les freins et les roues sont originaux.

Ceci correspond bien à la photo du « Kit » prise par John BARTON.

Notre inspection du véhicule confirmera par ailleurs cette description.

Les deux co-propriétaires continuent la restauration et confient la

réalisation d’une caisse roadster ,dans le style du roadster type 55 ,à la

compagnie « Vintage Wings » de Manchester.

La voiture est achetée un négociant français à une vente aux enchères à

Silverstone, le 26 juillet 1997.

Elle est vendue pour le prix de l’estimation haute, à savoir £ 30.000.

La description du catalogue indique que la voiture est en voie de finition,

restant à installer les instruments de bord, l’intérieur et les sièges. Les

seules pièces manquantes étaient le carburateur et le démarreur, qui

sont proposés séparément à la vente.

La voiture sera exposée à vendre sur le stand du marchand Jean-François

du MONTANT lors du salon Retromobile en février 1999. A cette époque,

elle est proposée avec la carte grise ex 49572,mais toujours indiquée en

référence BC 60.

Le propriétaire actuel s’en porte acquéreur le 20 février 1999.

Le roadster est immatriculé au nom de Pierre FEIDT à Molsheim sous le

numéro 49 YY 67 le 1er avril 1999.

L’inspection du véhicule à Molsheim en mars 2018.

La plaque de châssis est neuve et porte le numéro 49572.

Le radiateur est neuf.

Le châssis montre une traverse arrière gravée 248.Les longerons sont

neufs.

L’essieu avant est d’origine gravé 47. Le rapport du B.O.C indiquait le

numéro 247,une confusion a pu s’installer avec le numéro du carter

inférieur qui est gravé 49247,sur sa patte arrière gauche .

Sur cette même pièce se lit le numéro de moteur L 108 sur la patte avant

droite.

Le véhicule donneur du carter, châssis 49247 ,avait été livré par

l’intermédiaire du garage Callart d’Amiens à un notaire de la Somme du

nom de Desjardins en 1931.Cette voiture sera vendue dans l’Aube en 1937

avant de partir sur Lyon en 1947,ou nous en perdons la trace.

La boite à cames semble laisser lire sur sa face antérieure, le numéro 76,

ainsi semble-t-il que la carter supérieur. La pipe d’admission est d’origine.

Le boitier de direction est ancien, et conforme.

La boite de vitesse et son couvercle sont d’origine et gravés 56.

Les coquilles du pont arrière sont étrangement marqués « EA X 11 » et ne

sont pas d’origine, mais les trompettes sont anciennes, ainsi que toutes

les pièces de freins.

Les roues en aluminium ,brevet Bugatti sont anciennes.

Le tableau de bord comporte un ovale renfermant quatre petits

compteurs OS et deux grands compteurs Jaeger ,tous sur fond noir

,anciens et conformes au modèle.

La carrosserie est en aluminium ,de deux tons de verts ,et répond à la

dénomination Roadster.

En conclusion.

Le roadster type 49 proposé à la vente comporte une grande majorité de

pièces mécaniques d’origine et du modèle correspondant.

Il ne reste au monde qu’un seul roadster type 49 Gangloff d’origine,et les

réalisation récentes sur un tel dessin sont rares et parfois peu heureuses.

Acquérir ce roadster est l’opportunité de rouler dans une Bugatti de

tourisme fiable et à l’allure sportive, dont la mécanique est presque

entièrement faite de pièces ayant été fabriquées à l’usine de Molsheim

et toutes du modèle type 49.

Pierre-Yves LAUGIER
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue