1951 Vincent Comet Moteur n° F5AB2A8424...

Lot 94
Résultats avec frais
Résultat : 25 200 €

1951 Vincent Comet Moteur n° F5AB2A8424...

1951
Vincent Comet
Moteur n° F5AB2A8424
Carte grise française La Vincent Comet a été conçue et construite
au Vincent Works à Great North Road,
Stevenage, Hertfordshire, Angleterre. C’était
l’un des quatre modèles uniques de 499 cm3.
Le prototype A a été affiné et développé en un
modèle de production B, mais après la Seconde
Guerre mondiale, c’est le développement
de la série C qui représente l’ultime Vincent
500 cc. Une série D a été conçue et une a
été construite à l’usine. D’autres ont dû être
fabriquées par la suite à partir de pièces de
rechange puisque la production de Vincent a
cessé en 1955.
Le moteur Vincent monocylindre à arbre à
cames en tête, de 499 cm3, à refroidissement
par air, était doté d’un corps en alliage léger
et d’une culasse en fonte et d’un réservoir
d’huile. Il avait une boîte de vitesses à quatre
vitesses Burman. Tous les modèles Comet
avaient à la fois une suspension avant (fourche
Vincent Girdraulic) et une suspension arrière
avec amortissement à une époque où la
plupart des constructeurs n’avaient qu’une
suspension avant.
Un collectionneur racontait cette célèbre
histoire : « J’ai déjà eu une petite amie comme
la comète Vincent. Elle était intelligente,
jolie et enthousiaste à tous égards: vous ne
pouviez vraiment pas la blâmer en tant que
personne. Le problème était qu’elle avait une
sœur plus jeune qui était encore plus brillante,
incroyablement belle et était légendaire dans
son enthousiasme pour les activités pour
lesquelles elle était idéalement adaptée.
Chaque fois que les deux femmes ont été vues
ensemble, ma petite amie était pratiquement ignorée pendant que sa sœur était vénérée.
C’est la situation dans laquelle se trouve la
Comète. Le 500cc Single est un pur-sang
et une moto admirable à tous points de vue.
Le problème est que les Vincent Rapides et
les Black Shadows 1000cc sont considérés
comme étant encore plus exotiques, et donc
beaucoup plus désirables. Cependant, les
propriétaires de Vincents bicylindre devraient
savoir que leurs machines sont directement
issues des Singles 500cc qui étaient les
premières motos produites en série par
Vincent ».
L’histoire commence en 1926 quand le jeune
Philip Conrad Vincent, né et éduqué en
Angleterre mais fils de riches éleveurs de
bétail en Argentine, se rendit à l’université
de Cambridge pour étudier les sciences
mécaniques. à cette époque, Vincent en
savait beaucoup sur les motocyclettes et avait
décidé de devenir un fabricant à part entière.
Le jeune Philipp a persuadé papa Vincent de
mettre de l’argent pour son premier vélo en
1927, et le 350cc Single MAG-engine a été un
succès apparent.
Les Vincent, père et fils, étaient sérieux au
sujet des ambitions de Philip et donc quand
la société de motos HRD est arrivée sur le
marché en 1928, elle a été achetée parce que
le nom de HRD était connu et respecté dans
le monde de la moto alors que Vincent était
complètement inconnu.
Le jeune Vincent était ambitieux dès le début
et voulait offrir au public une suspension
arrière entièrement suspendue et un cadre
triangulé très intelligent, qui était le véritable
prédécesseur du châssis périmétrique
d’aujourd’hui. Vincent était un pionnier.
Vincent a écrit plus tard: «Après ces
expériences, nous n’avons jamais voulu
voir un autre moteur JAP aussi longtemps
que nous vivions, et avons décidé que nous
devrions concevoir et fabriquer les nôtres.
Heureusement, j’avais à ma disposition Phil
Irving, qui à mon avis est l’un des meilleurs
ingénieurs moto du monde, avec une
connaissance incroyable de tout ce que les
autres faisaient, jusque dans les détails de
design. J’ai moi-même toujours été un type
de designer inventif, cherchant toujours à
intégrer des détails qui représenteraient
une avancée importante par rapport aux
conceptions précédentes ».
Ce que Vincent conçut, et qu’Irving exécuta,
était un moteur soigné qui offrait presque
tous les avantages d’un moteur à arbre à
cames en tête, mais qui était beaucoup plus
facile et moins coûteux à fabriquer. Tous les
moteurs étaient de 84 x 90 mm, de 499 cm3, ce qui donnait 28 chevaux à 5800 tr / min. Sur
la route, cela équivalait à un vrai 90 mph - une
vitesse de science-fiction quand il n’y avait
en Grande-Bretagne aucune route publique
adaptée à cette vitesse.
Ce qui était tout aussi intéressant, c’est
que la Comet avait presque les mêmes
performances que la Velocette KSS de 350
cm3 - une conception sophistiquée.
Bien que la comète ait été bien réalisée,
sa prétention est venue par hasard - ou du
moins c’est l’un des contes populaires les plus
merveilleux.
En 1936, Phil Irving jouait avec une copie de
papier calque du moteur Comet. Il a réalisé
que s’il inclinait un moteur Comet en arrière
et un autre en avant, en laissant un espace de
47 degrés entre les deux, il aurait un V-Twin
998cc compact, produisant un solide 45
chevaux. Le légendaire Vincent Twins était
né. 1939, la guerre arrivait.
Les actions d’Hitler ont stopé le développement
de la moto a été complètement stoppé.
Au lieu de concevoir la prochaine génération
de Superbikes, Vincent et Irving ont été mis
au travail pour concevoir des moteurs marins
pour le ministère de l’Air. La nuit, les deux
ont établi des plans pour la série «C» Comet
Single et Rapide et Shadow Twins.
Il y a beaucoup de parties communes utilisées
dans la Comet et les Twins - plus de 80% - de
sorte que le Single, désormais très sportif,
utilisait les mêmes fourches avant Girdraulic
entièrement réglables que les grosses motos
et un châssis presque identique.
La suspension arrière se faisait par le superbe
bras oscillant triangulaire de Vincent, dont
le mouvement était contrôlé par une paire
d’amortisseurs arrière.
La puissance de freinage était énorme, avec
trois freins. Chaque partie du cycle, des
repose-pieds au guidon, était réglable. Les
roues étaient rapidement détachables.
Une marque d’exception !
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue