NAPOLÉON  Ier. Lettre signée «  Nap  » au...

Lot 12
Résultats avec frais
Résultat : 16 250 €

NAPOLÉON  Ier. Lettre signée «  Nap  » au...

NAPOLÉON  Ier. Lettre signée «  Nap  » au ministre des Relations extérieures Hugues-Bernard Maret. Moscou, 19 octobre 1812. 1 p. in-4. BELLE LETTRE DE MOSCOU ECRITE LE JOUR DU COMMENCEMENT DE LA RETRAITE. LIENS DIPLOMATIQUES FRANÇAIS AVEC LES PROVINCES SOUS CONTROLE TURC. Les contacts entre la France et Les contacts entre la France et l’Empire ottoman furent maintenus sous la Révolution et l’Empire, la puissance turque jouant un rôle stratégique par sa lutte continuelle contre la Russie. Cette dernière cherchait à étendre son influence sur les Balkans, où les Français étaient également présents (îles ioniennes et Dalmatie). Pragmatique, Napoléon Ier s’adapta aux circonstances, adoptant des positions tour à tour favorables à l’une et à l’autre puissance. La guerre russo-turque avait repris en 1806, mais, par l’intermédiaire de son négociateur l’émigré Alexandre de Langeron, la Russie était parvenu en mai 1812 à y mettre un terme en concluant l’avantageux traité de Bucarest – juste avant l’invasion française. Ce succès diplomatique avait permis de rendre disponibles contre Napoléon Ier des troupes dont les dernières quittèrent les principautés roumaines en octobre 1812. « ... Je suppose que vous avez déjà fait partir le sieur Ledoulx, mon consul à Bucharest [ Joseph-Charles Ledoulx], et le consul que j’avais à Yassi [la ville Moldave de Ia?i, dans l’actuelle Roumanie], ], afin que ces agens rentrent dans ces deux villes, le même jour que les Turcs en reprendront possession. Si vous ne l’avez pas fait, c’est une négligence qu’il faut réparer, en les faisant partir de suite. J’ai besoin d’avoir des agens intelligens sur ces deux points. Donnez-leur l’ordre d’envoyer fréquemment des courriers. Ils n’ont pas besoin de nouveaux pouvoirs ni de nouvelles lettres de créance, puisqu’ils n’ont pas cessé d’être accrédités auprès de la Porte... » Le lendemain, Napoléon Ier prenait la décision de faire sauter le Kremlin, ordre qui serait appliqué dans la nuit du 22 octobre (voir sa lettre de Troïtskoïé du 20 octobre, vendue un prix record par l’étude Osenat le 2 décembre 2012 sous le n° 65 : « Je fais sauter le Kremlin le 22 à trois heures du matin... »). Provenance : Bibliotheca Lindesiana (estampille). Célèbre collection de livres et manuscrits réunie par les comtes de Crawford et Balcarres, Alexander William Lindsay (1812-1880) puis son fils James Ludovic Lindsay (1847-1913).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue