1903 CLEMENT Voiturette type B n° 941 Moteur...

Lot 207
40 000 - 60 000 €
Résultats avec frais
Résultat : 108 000 €

1903 CLEMENT Voiturette type B n° 941 Moteur...

1903 CLEMENT
Voiturette type B n° 941
Moteur n° 168
A immatriculer en collection

Il est fort de constater que lorsque les collectionneurs ont déjà acquis de nombreuses « classiques », ils se mettent à remonter dans le temps et à acquérir une culture automobile.
Leur perception des choses change et la recherche se recentre sur l’origine. L’origine des sens, la recherchede nos ancêtres, l’origine de la vie automobile !

Cette automobile Clément, baptisée « Clémentine » par sa famille représente aujourd’hui le « grâle » de ces collectionneurs.
Pourquoi ?
Imaginez la durée et l’atrocité de la Grande Guerre environ dix millions de civils et militaires sont morts et environ vingt millions ont été blessés, des dégâts colossaux. 21 ans plus tard, la seconde guerre mondiale le conflit armé le plus vaste que l’humanité ait connu. La somme des dégâts matériels n’a jamais pu être chiffrée de façon sûre, mais il est certain qu’elle dépasse les destructions cumulées de l’ensemble des conflits connus par le genre humain depuis son apparition.
« Clémentine » est une survivante !
D’où vient-elle ?
La société Adolphe Clément fut une très célèbre firme fondée lors du début de l’automobile elle avait déjà fait fortune auparavant dans
la production de bicyclettes et de pneus. En 1890, Adolphe Clément devient le premier fabricant de cycles
français (devant les cycles Peugeot), puis, en 1891, il acquiert la licence de fabrication du pneumatique Dunlop et le fabrique dans un nouvel atelier quai Michelet à Levallois Perret. La première fabrique d’automobiles, dans laquelle Adolphe Clément eut les intérêts, fut Gladiator et les premières voitures produites par cette firme eurent pour nom Clément-Gladiator ou Clément tout court.
En 1899, deux voitures différentes portèrent le nom de Clément. L’une était une petite voiturette équipée d’un moteur De Dion de 2.25 CV
monté à l’arrière et entraînant l’essieu arrière. L’autre modèle était la Clément-Panhard, conçue par le commandant Krebs de la société
Panhard-Levassor (société dont Adolphe Clément était directeur) mais que Panhard ne fabriqua pas.
Fin 1901, Clément fabriqua des voiturettes à moteur à l’avant, conçues par Marius Barbarou ; elles étaient équipées d’un moteur monocylindre de 7 CV, ou bicylindre de 12 CV, avec entraînement par arbre. En 1903, la gamme comprenait des voitures de
9, 12 et 16 CV, les deux dernières étant des 4 cylindres avec soupapes d’admission mécanique.
Après 1903, les voitures qu’il construisit dans son usine de Mézières s’appelèrent Clément- Bayard. A cette époque, les Clément et les Gladiator étaient fabriquées dans la même usine. En octobre 1903, Adolphe Clément quitta le groupe Clément-Gladiator et ne donna plus
à ses voitures le nom de Clément qu’il changea pour Clément-Bayard en l’honneur du chevalier Bayard, un héros du XVIe siècle qui, en 1521, avait sauvé la ville de Mézières.
Mais revenons à Clémentine, un modèle exceptionnel d’authenticité.
Son châssis (en bois !) est dans un état parfait, ses roues d’origine également.
Son moteur d’origine est complet, bien que son carburateur soit un peu plus moderne. Mais rassurez-vous son carburateur « Bayard » d’origine a été retrouvé dans les dépendances de la propriété du Gers, qu’elle n’a jamais quitté.
Il est très émouvant de découvrir un chef d’oeuvre de l’automobile. Clémentine est une authentique oeuvre d’art à admirer autant qu’un
tableau de maitre !
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue