Important LUSTRE en bronze doré à trente-six...

Lot 170
8 000 - 12 000 €
Résultats avec frais
Résultat : 41 250 €

Important LUSTRE en bronze doré à trente-six...

Important LUSTRE en bronze doré à trente-six branches de lumière feuillagées terminées par des enroulements et des fleurons, réparties sur quatre rangs, ornées de feuilles d’acanthe. Le fût de forme balustre ciselé d'entrelacs à fleurons, de godrons alternés de canaux à asperges est surmonté de quatre enfants musiciens à la partie supérieure. Il est décoré d'enfilages de perles, de pendeloques, plaquettes et rosaces en cristal et verre taillé et présente une graine à l’amortissement. Seconde moitié du XIXème siècle (petits accidents et manques, monté à l’électricité) H: 150 cm L: 130 cm Provenance : - Grand salon de la villa Lavaurs, Fontainebleau (ancien musée napoléonien) - Vraisemblablement Château de Sorgues, propriété du comte Raymond de Lavaurs, Montigny-sur-Loing, Le comte Raymond Lavaurs (Nantes, 1846 - Paris, 1927), capitaine au premier bataillon de garde nationale mobile de Seine-et-Marne puis administrateur de sociétés, chevalier de la Légion d'honneur acquiert en 1894 le corps de bâtiment principal de l’hôtel des Quatre Secrétaires du Roi et fait édifier, dans le parc, sa villa à la fin du XIXème siècle. Les enfants musiciens de ce lustre ont été exécutés d'après le modèle de Pierre Gouthière livré vers 1780 pour le Cabinet intérieur de la Reine au Château de Versailles1. Il s'agit vraisemblablement d'une oeuvre d'Henry Dasson (1825-1896), bronzier et ébéniste parisien installé 106 rue Vieille-du-Temple ou de la maison Beurdeley, les grands fabricants de mobilier et d'objets d'art d'après des modèles du XVIIIème siècle. Dasson accorde une attention particulière à la ciselure et la dorure à l'or moulu du bronze : « Celui-ci est un revenant du XVIIIe siècle [...]. Il a […] la tradition de l’école, les finesses de l’outil, l’harmonie des couleurs ; le secret des dorures »2. Il est notamment plébiscité par la critique lors de sa participation à l'Exposition universelle de 1878. La maison Beurdeley est aussi reconnue pour la grande qualité d'exécution de sa production. Plusieurs copies du lustre de Pierre Gouthière sont répertoriées3 et 4, d'autres avec des variantes comme celui du grand escalier du Ministère d'Etat par Charles-Henri Christofle5 et celui que nous présentons : important par sa taille et la richesse de son ornementation. 1 Vergoldete Bronzen, H. Ottomeyer et P. Pröschel, Munich, 1986, Klinkhardt & Biermann Ed., tome I, p. 238, fig. 4.4.1 et 4.4.2 (reproduit) 2 « L’art moderne à l’exposition de 1878. Les bronzes au Champ de Mars », L. Falize fils in Gazette des beaux-arts, octobre 1878, p. 606 3 Vente Paris, Artcurial, 23 juin 2010, n° 170 4 Vente New York, Sotheby's, 15 octobre 2015, n° 17 5Les bronzes d'ameublement du Louvre, D. Alcouffe, A. Dion-Tenenbaum et G. Mabille, Dijon, Faton Ed., 2004, p. 304 (reproduit) ; OA 11400 Expert : Madame de la Chevardière
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue