Ecole française

Lot 202
50 000 - 60 000 €
Résultat : 120 000 €

Ecole française

«L'Impératrice Eugénie entourée de ses dames d'honneur».
Huile sur toile signée en bas à gauche et marquée «d'après Winterhalter, qualité picturale améliorée, à mon ami Thomas L.Fawick, Palais de Compiègne. 1868».
Dans un important cadre en bois sculpté doré enrichi sur les quatre montants du chiffre de l'Impératrice Eugénie dans des cartouches, réplique exacte du cadre original conservé à Compiègne.
Dimensions sans cadre: 2,92 x 4,15 m (ce sont les dimensions de l'Oeuvre originale).
Avec cadre: 3,61x4,71 m. B.E.
Provenance: -Propriété du Musée Thomas Fawick à Cleveland (Ohio): Vente Christie's, New York, 17 et 19 mai 1979, Lot 5 (illustré). -Collection de H.E. Holloway: Higginbotham Auctioneers, Lakeland (Floride), 27 aout 1985 -Sayn-Wittgenstein Fine Art Inc., New York. Historique: Symbolique du Second empire (bien que peinte au début de celui-ci, en 1855), l'Oeuvre de Winterhalter représente l'Impératrice accompagnée de ses dames d'honneur. Dans un cadre champêtre rehaussé par la lumière et les couleurs chatoyantes des robes, la figure de l'Impératrice se détache. Cette mise en scène rappelle clairement le XVIIIème siècle et les Oeuvres de Watteau. A sa droite, la princesse d'Essling, grande maîtresse de la Maison de l'impératrice, à sa gauche, la duchesse de Bassano, sa dame d'honneur. Les autres dames du palais sont rassemblées autour de ce groupe principal, de gauche à droite: la baronne de Pierres, la comtesse de Lezay-Marnésia, la comtesse de Montebello, la baronne de Malaret, la marquise de Las Marismas et la marquise de Latour-Maubourg. Portraitiste attitré des cours européennes, Franz-Xavier Winterhalter fut le peintre favori de l'impératrice Eugénie. Celle-ci paya très certainement sur sa cassette personnelle le célèbre portrait collectif qui la représente en 1855 entourée de ses dames d'honneur. Exposée au palais de Fontainebleau sous le Second Empire, l'Oeuvre fut en effet rendue à l'Impératrice en 1881, qui l'installa dans l'entrée de sa résidence à Farnborough Hill. Cette Oeuvre résume l'Oeuvre d'un peintre, Winterhalter, mais aussi tout une époque, le temps des crinolines ou celui des jours heureux pour l'Impératrice. Biographies: -Thomas L.Fawick (1889-1978) Inventeur, collectionneur et industriel, il fit fortune notamment dans l'industire aéronautique durant la seconde guerre mondiale. En 1968, Fawick se retire de ses ativités industrielles pour se consacrer à son musée privé. A sa mort, ce dernier fut dispersé et acheté en grande partie par le Museum of Art de Cleveland. On y trouve des portraits de Winterhalter qu'affectionnait particulièrement Farwick. -Miloud Boukerche, né à Bel-Abbès (Algérie), médaille d'honneur en 1945, prix de la Savoie en 1945,
Médaille d'argent en 1965, médaille d'or en 1966. -Franz Xaver Winterhalter (1805-1873) Après avoir fréquenté l'Académie de Munich, Winterhalter s'établit à Karlsruhe, où il devint professeur de la princesse Sophie puis peintre de la Cour (1834): le Grand-Duc Léopold (1831, musée de Karlsruhe). Après un voyage en Italie (1833), il arrive en France en 1834, protégé de la reine Marie-Amélie (Portrait de Louis-Philippe, 1839, Versailles, musée du Château, la Reine Marie- Amélie, 1842, id.), il devint rapidement un portraitiste mondain aussi bien à Paris, où il vécut trente ans, que dans les cours étrangères. Sa vogue ne cessa de croître sous le second Empire, et il exécuta de nombreux portraits de l'Impératrice Eugénie et de Napoléon III (répétitions et copies au Louvre, à Versailles et au château de Compiègne). Il mourut comblé d'honneurs par tous les souverains, et une rétrospective de son Oeuvre fut organisée à sa mort à Baden-Baden. Resté romantique, il garda longtemps la marque de l'influence anglaise: ses figures se détachent sur des fonds de paysage noyés dans une atmosphère de clair-obscur. Il brosse avec raffinement et
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue