LE CORBUSIER (CHARLES-EDOUARD JEANNERET DIT) (1887-1965)

Lot 106
50 000 - 80 000 €
Résultat : 230 000 €

LE CORBUSIER (CHARLES-EDOUARD JEANNERET DIT) (1887-1965)

Ozon, Opus I, 1947 Bois polychrome, Aulne Sculptée par Joseph SAVINA Signée LC.JS, Datée 47, Numérotée 2/5 0,74 x 0,47 x 0,38 m Provenance: Descendance directe de Joseph Savina Bibliographie: Le Corbusier et la Bretagne, Roger Aujame, p.63 (reproduite) Le Corbusier Savina, Sculptures et Dessins, Fondation Le Corbusier, p.31 (reproduite) Joseph Savina l'Art et le Métier, Pascal Aumasson, Les presses de l'Atelier Municipal Saint Brieux 4ème trimestre 1988, p.37 (reproduite) Joseph Savina (1901-1983) avait appris le métier de menuisier de son père, il s'était ensuite aguerri à la sculpture sur bois dans l'atelier de Jean-Marie Picard, à Tréguier, où il s'installa en 1929 à l'enseigne de «l'art celtique», exprimant ainsi son intérêt pour les motifs irlandais récemment introduits en Bretagne. La même année, il rejoignit l'Unvaniez ar Seiz Breur, groupe d'artistes et d'artisans désireux de relever les arts décoratifs bretons. Vite remarqué, il se lia d'amitié avec le poète et critique d'art Pierre Guéguen (1889-1965), proche de Le Corbusier, qui les fit se rencontrer en 1935 à l'occasion de brèves vacances prises par l'architecte dans le Trégor. L'année suivante, lors d'un second séjour, Le Corbusier encouragea Savina à infléchir sa production et lui laissa quelques croquis de meubles, qu'il mit illico à profit. Durant la guerre, il lui demanda en outre de contribuer à son ravitaillement et lui offrit en remerciement l'ouvrage consacré à ses dessins et à sa peinture publié en 1938. Savina eut alors l'idée d'en tirer des sculptures, qu'il montra timidement à Guéguen en 1944. Impressionné, ce dernier lui conseilla d'en envoyer des photos à Le Corbusier qui en fut immédiatement conquis. Dès lors débuta une collaboration féconde: le Corbusier envoyait des dessins à Savina qui, dans son atelier de Tréguier, les interprétait et les matérialisait. Ce premier travail était généralement peaufiné conjointement chez l'architecte, rue Nungesser et Coli, et souvent polychromé. Quarante-quatre sculptures en provinrent, parfois réalisées à plusieurs exemplaires, portant la signature double «LC:JS» ou «JS:LC». Ozon 1, du nom du village pyrénéen où Le Corbusier s'était replié en 1940, est datée de 1947. Savina donna en outre un ?uvre personnel et fut à l'occasion le praticien d'Henri Laurens, que Gueguen lui avait également présenté. Daniel Le Couedic Architecte DPLG, Docteur ès Lettres et Sciences Humaines, Chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique, Professeur des Universités (Université de Bretagne), Directeur de l'Institut de Géoarchitecture. Auteur de «Joseph Savina, l'improbable compagnon de route» in «Le Corbusier: l'oeuvre plastique», Paris, Fondation Le Corbusier, Editions de la Villette, 2005, p. 26-53
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue