1968

Lot 343
50 000 - 60 000 €
Résultat : 53 000 €

1968

MASERATI Mistral 4000. Au Salon de l'Automobile de Turin 1963, Maserati dévoile deux nouveaux modèles. La «Quattroporte» est une berline à quatre portes et la «berlina 2 posti». C'est un peu plus tard que le colonel John Simone, l'importateur français, propose de baptiser ce modèle du nom de Mistral. Le Mistral est le nom d'un vent quelques fois violent qui souffle le long de la vallée du Rhône. A partir de ce moment, les nouveaux modèles avec deux places seront baptisés du nom d'un vent et les 2+2 ont gardé le nom d'un circuit comme la Sebring sortie en 1962. La ligne magistrale de la Mistral est due au crayon magique du grand styliste Pietro Frua de Turin. Il innove en abandonnant la traditionnelle calandre. Il place l'entrée d'air sous le pare-choc. A l'arrière, il positionne une très grande lunette et crée un hayon. La surface vitrée est conséquente et l'habitacle très lumineux. Le châssis a un empattement de 2,40 m. il est fabriqué en tubes de section carrée. Les freins à disques sont montés en série. La boîte de vitesses est une ZF à 5 rapports. Le moteur est le six cylindres avec le double allumage et le double arbre à cames en tête. La cylindrée est d'abord le 3,5 litres qui passe très vite à 3,7 litres. Une version 4,0 verra le jour en 1966. L'alimentation est confiée à une injection Lucas. La publicité annonçait clairement: «le double allumage et l'injection de carburant indirecte offrent une puissance, une douceur et une économie exceptionnelles». L'objectif de cette nouvelle voiture est de remplacer la 3500 GT. Cette dernière était disponible en coupé et cabriolet, il en sera de même pour la Mistral. Elle s'acquitta très honorablement de sa mission. La Mistral a laissé un très bon souvenir chez les amateurs. L'exemplaire de la vente est un rare coupé 4,0 litres. Sur les 828 coupés Mistral, seuls 298 voitures ont reçu ce moteur de 255 cv. La sellerie de notre Mistral est d'origine, en cuir noir. Elle est très bien conservée. La voiture n'a jamais été restaurée. La peinture a été refaite, il y a quatre ans sur une base saine sans boursouflures et sans corrosion. Comme le dit le propriétaire: «c'était uniquement pour faire disparaître les rayures et les petites bosses dues au temps.». Il ajoute «le moteur d'origine fonctionne bien, mais nécessite une révision-réglage notamment de la carburation, non effectuée récemment». La voiture a parcouru environ 15000 km en 15 ans, essentiellement lors de sorties de club. Un manuel d'utilisation d'origine et une copie du catalogue des pièces de rechange accompagnent la voiture. Notre Mistral est un modèle 1968 avec des phares jaunes. Son état général est très sympathique. Le tableau de bord est très complet et typique de cette fin des années 60. Le compteur indique une distance parcourue de 45 400 km. Derrière le très beau volant, on se sent bien. On a vraiment envie d'aller loin avec cette monture de choix. La Maserati Mistral est souvent considérée comme la plus belle de toutes les Maserati de route et cela depuis très longtemps. Sa production s'est arrêtée en 1970. Elle a été la dernière à proposer lemoteurMaserati six cylindres qui tire son origine de la 250F, la voiture championne du Monde en 1957. «ll y a quelques années, j'ai eu la chance de déjeuner avec Ubaldo Sgarzi et Edmond Ciclet en Italie. Ubaldo a été le directeur commercial de Lamborghini à ses débuts et pendant très longtemps. Il m'a raconté son salon de Turin 63. C'est à ce salon que le prototype de Lamborghini est présenté pour la première fois. Et la seule des voitures exposées qui lui a fait commercialement peur était la magnifique Mistral! Elle est réellement très belle cette voiture!» Ce sont ses mots, sauf qu'ils étaient en italien. Châssis n° AM109 A1 1732 Carte grise française
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue